Langue
Français

Revue de Presse

ECCELSO HORS SERIE NOEL 2017


COURRIER PICARD DE 06/2017



PARUTION EN JANVIER 2017 Dans un magazine au Japon, Une traduction est la bienvenue !!!!!






Nostalgie des années 70... Mais qui est ce gourmand ?




Jean TROGNEUX présent dans le nouveau ECCELSO automne hiver 16/17




ECCELSO Notre magasin d'Arras à l'honneur



ARRAS ACTU JUIN 2016



PRESSE ARRAS MAI 2016

voici les news de Jean Trogneux à Arras

Après des années de recherches et d’attente, la chocolaterie Trogneux a enfin pu accueillir ses premiers clients ce mardi, pile poil face au beffroi. C’est une nouvelle ère qui débute pour cette institution implantée à Arras depuis plus de cinquante ans. Et une petite révolution sur cette place des Héros.

La fermeture transitoire de l’enseigne aura été de très courte durée : la seule journée de lundi aura suffi pour déménager les stocks de la rue Delansorne et les transférer place des Héros ! Et laissons de côté la nostalgie : la nouvelle boutique n’a rien à envier à l’ancienne. Jean-Alexandre Trogneux, cinquième génération de cette dynastie de chocolatiers originaire d’Amiens, l’avoue : « Le magasin manquait vraiment de modernité et tout y était entassé. On n’y changeait plus rien puisque notre seul objectif était de partir. »

Plus de surface… et de saveurs

Récupérées en janvier, les clefs du nº66 de la place des Héros auront été comme un cadeau du ciel. Après trois mois de chantier, la nouvelle surface de vente vient tout juste d’ouvrir, ce mardi. La déco est lumineuse et épurée, la surface de vente bien plus grande : 180 m2, contre seulement 70 m2 rue Delansorne.

Idéal pour étoffer la gamme de produits, pourtant déjà très large puisque la maison Trogneux en fabrique environ 2 500, qui varient en fonction des saisons et tendances. À côté des grands classiques comme les Cœurs d’Arras ou les Pavés, des beffrois pralinés ont fait leur apparition. Et ce premier stock pourrait bien fondre comme neige au soleil !

« Comment rendre plus bel hommage au monument préféré des Français ? », commente Jean-Alexandre Trogneux, pour qui il était par ailleurs inconcevable d’envisager cette ouverture sans présenter une pièce d’exception : un beffroi de plus de 70 kg de chocolat trône ainsi au milieu de la boutique.

Les façades des places ont été réactualisées, une gamme de confiseries sur le thème de la guerre 14-18 a également trouvé toute sa place : près des coquelicots, les bonbons de l’Ami Bidasse font leur retour. « C’est aussi l’occasion de ressortir certains produits en les mettant mieux en valeur. »


On trouve aussi des « macarons des Hauts de France », au nom fraîchement déposé, à base d’amande, de cassonade et de spéculoos. L’enseigne a vendu plus de deux millions d’exemplaires de son traditionnel macaron d’Amiens en 2015. Celui de la grande région parviendra-t-il un jour à le détrôner ? Toute une symbolique, désormais !

Des années d’attente

Jean-Alexandre Trogneux insiste : « La Ville a vraiment mouillé sa chemise pour que nous puissions nous implanter ici et que nous ne quittions pas Arras. L’idée avait fini par nous traverser l’esprit. » Cela faisait dix ans que le chocolatier espérait dénicher une cellule sur les pavés de l’hôtel de ville, trois ans qu’il redoublait d’efforts. Plusieurs opportunités se sont présentées. Mais toujours un problème de surface, ou de loyer, ou d’agencement... Les locaux actuels du Notting Hill ? « Le Crédit agricole ne souhaitait pas déplacer son distributeur d’argent, à l’angle, ce qui nous aurait empêché d’aménager une vitrine. »

Les Bâtiments de France ont eux aussi bien joué le jeu, estime-t-il. « Nous avons pu peindre la vitrine en rouge afin de l’accorder avec notre Cœur d’Arras. » Autre autorisation délivrée : l’installation d’un store... Indispensable pour éviter au chocolat de fondre en vitrine, sous les rayons du soleil !


Quatre raisons de craquer en passant

1. La route des touristes

C’est l’objectif premier de cet emménagement : être sur la route des touristes. Ils représentent plus d’une moitié de la clientèle des autres boutiques (Amiens, Saint-Quentin, Lille). Celle de la rue Delansorne d’Arras arrivait rarement à dépasser le tiers.

2. Le temple du cadeau souvenir

Outre les chocolats à l’effigie de la cité atrébate, on trouve désormais une panoplie complète de souvenirs, allant des mugs ornementés d’un trait d’humour ch’ti aux spécialités Nord – Pas-de-Calais – Picardie, cartes postales, etc.


3. Glaces et transats

Autre nouveauté culinaire : les glaces. On peut les déguster assis dans ces transats rouges qui ont fleuri sur les pavés. Jean-Alexandre Trogneux voulait concilier terrasse et innovation. Pour le bar à chocolat, il faudra finalement attendre un peu…

4. Ouverture le dimanche

C’est la cerise sur le gâteau, ou plutôt l’amande sur le chocolat : l’ouverture du dimanche après-midi, de 14 h 30 à 18 h 30. Deux nouvelles vendeuses ont été recrutées, « l’une de ces embauches est liée à l’ouverture dominicale. »

 






L'ACTION AGRICOLE PICARDE  DU 25/12/2016

COURRIER PICARD DU 09/11/2015


    Ce   19 septembre 2015,  nous avons eu l'agréable surprise d'accueillir Jean Pierre Pernaut et Nathalie son épouse dans notre magasin du centre ville......ce fut très agréable

  

 

                 

le 17 mars 2015


LE 13/03/2015



















































Chocolats fait main
par nos maitres chocolatiers
à Amiens
Emballage soigné
Réalisé à la
commande
Pays Livrables
Cette boutique
livre l'Europe
Livraison Offerte
En France à partir
de 100€
Service Client
03 22 71 17 17
info@trogneux.fr
Site réalisé avec PowerBoutique - logiciel de création de site internet